Notre gymnase brûle – Fontainebleau 2 Vernou 1

Madame la Capitaine de la 2, Mesdames, Messieurs,

Notre gymnase brûle et nous regardons ailleurs. Les joueurs, mutilés comme cette pauvre Manon, surexploités, ne parviennent plus à gagner et nous refusons de l’admettre. L’équipe 2 souffre. Elle souffre de terribles carences, en amortis comme en dégagements, et nous sommes indifférents. Le club et l’équipe 2 sont en péril et nous en sommes tous responsables.

Il est temps, je crois, d’ouvrir les yeux. Sur tous les terrains, les signaux d’alerte s’allument. Le SH1, ce soir-là notre vaillant JB, est sèchement frappé par le coup droit d’un R6 (06-21/10-21). Le DH, souvent boulimique en fautes, paraît atteint d’une crise de confiance dans son duel face à une solide paire R6-D7 (09-21/10-21). En DMX, la multiplication des volants hauts, dont témoigne le nuage de smash, s’étend et menace de défigurer notre chère Julie (16-21/11-21). En SH3, Pierre est accablé par la gueule de bois, des relents divers et variés, et un adversaire coriace (14-21/19-21). Certains de nos SH les plus réguliers sont menacés de repasser P11, en témoignera Yoann qui s’est incliné en 3 sets dans un match disputé (21-18/14-21/05-21).

Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas. Prenons garde à ce que cette nouvelle saison d’interclub ne devienne pas, pour ceux qui nous suivent assidument, celle d’un crime de l’équipe 2 contre le club.

Notre responsabilité collective est engagée. Responsabilité première des joueurs de l’équipe 2. Si le club entier se comportait comme l’équipe 2, il faudrait commencer les matchs avec +11 points pour gagner nos rencontres. Responsabilité de l’équipe 1 aussi, représentée ce soir-là par la brillante Caroline -K’ro- qui a remporté son SD contre une jeune adversaire accrocheuse (21-19/21-15), et le DD avec Julie (21-14/21-18).

Trois journées après la débandade contre notre équipe 1, nous n’avons pas de quoi être fiers. La conscience de notre défaillance doit nous conduire, ici, à Fontainebleau, à conclure le pacte pour une équipe 2 durable en D3.

Nous avons devant nous, je crois, cinq chantiers prioritaires.

Le mental d’abord. Les persécutions infligées par la capitaine et son lieutenant ne doivent pas nous faire perdre notre confiance en nous.

Deuxième chantier : l’éradication des fautes. Il faut arrêter de mettre nos volants dehors ou dans le filet. Pour rappel, ce sont les lignes noires qui comptent pour le badminton, et les couloirs ne comptent qu’en double, pas en simple.

Troisième chantier : les services. Il faut suivre plus assidument les cours de Benjamin, qui tire lui-même l’essence de son badminton des enseignements du grand maître Li.

Quatrième chantier : les revers. Avec les joueurs, il faut mettre au point des systèmes économes en déplacements pour arrêter d’être en retard sur nos volants.

Cinquième chantier : la gouvernance de l’équipe, pour humaniser et mieux encourager les joueurs. Il est temps de reconnaître le potentiel de notre équipe et que nous devons gagner nos matchs ensembles.

Et aujourd’hui, à Fontainebleau, l’équipe 2 à rendez-vous avec son destin. Et quel plus beau lieu que la halle Alain Mimoun, chère équipe, chers camarades d’entraînement, pour franchir cette nouvelle étape de notre aventure humaine !

Je vous remercie.

Résumé de match inspiré du discours de feu Jacques Chirac, lors du sommet de la Terre à Johannesburg, en 2002.

Facebooktwitter

Les commentaires sont fermés