La soirée des « on aurait pu »

En cette période d’introspection forcée, il aurait été de bon ton de prendre un livre et un bon whisky auprès d’un bon feu de cheminée pour compter une histoire, mais la réalité en tout autre, nous prenons des bières au balcon en attendant de pouvoir sortir et pour oublier la dernière rencontre pré-confinement…

Le 09 mars nous avions donc rendez-vous avec l’avenir de l’équipe 3, en allant titiller le 3e de la poule et tenter ainsi un coup de poker pour quitter la place en chocolat. Nous avions donc rendez-vous à La Rochette en nombre puisque notre équipe 2 venait également affronter le club. Nous étions partis le couteau entre les dents avec une composition qui aurait fait pâlir les meilleurs sélectionneurs de comptoir du PSG, lors d’un quart de final de Champion’s League.

Nous entamons les premiers matchs avec Thibaut notre M’bappé de la plume en SH1 et Jeff le dandy du beau geste en SH2. Autant dire que dès le départ quelque chose choc les deux coachs présents de l’équipe, J-Lo et moi-même : Nos poulains frappent mou. Les dégagements sont moins percutants, et l’on fait des renvois qui dépassent timidement le mi-court. Nous ne savons pas si nous avions déjà des symptômes de gripette, ou si nos hôtes avaient marabouté leur gymnase, mais nous étions déstabilisés. Les coups s’enchainent, et les batailles sont âpres, malgré la difficulté nos combattants marque le terrain et ne laisse pas de répit à nos adversaires. Les premiers sets se terminent avec un laissé allé de la part de Thibaut qui laisse filé le premier set à 21-19, et Jeff qui l’arrache 20-22.

Attention un dégagement mou va avoir lieu…

Thibaut en ayant encore de la réserve sous la semelle, attaque le second set comme un beau diable, et arrive à malmener Floran qui souffre mais garde la main sur le set. Le SH1 se clôture à 22-20 et une première victoire pour La Rochette. Pendant ce temps Jeff avait entamé la réserve physique de Benjamin dans le premier set, et maîtrise mieux le second, lui permettant de clôturer à 11-21. Notre SH2 nous permettait de rester à égalité dans le déroulé de la rencontre.

Notre Dandy aux services amoindri..

Pendant que nos deux premiers simples hommes se jouaient, Julie entamait son simple Dame contre Léa qui avait bien évolué depuis la rencontre allé. Le premier set fut sans appel avec des attaques non décisives et une Léa impitoyable, elle remporte le premier set 21-09.

Une bonne session de coaching s’imposait pour repartir sur de bonnes bases. Nos micros sur les bords du terrain ont pu capter certains conseils que nous vous délivrons : « et le petit filet bordel, pourquoi tu tapes comme une bûcheronne ? Pense amorti au lieu de lui renvoyé mi-court ! » ; « Il va falloir penser déplacement et pas chassés, au lieu de faire ton footing sur le terrain, la technique de contre-attaque italienne, en remontant tout le terrain pour marquer, ne fonctionne que si tu arrives à donner des cartons à l’adversaire en simulant des blessures ! ». Après cette pose coaching Julie repartait gonflée à bloc, bien que plus décisive, cela na pas suffit à faire vaciller Léa qui s’impose 21-14.

Ça mouille le maillot en SD !

La Rochette menait 2-1.

Pendant que les premiers simples se finissaient, s’entamait la bataille du SH3 avec au-delà du défi sportif, une bataille professionnelle entre Thibault et moi-même. Les deux collègues s’affrontent dans le dernier simple de la soirée. Le constat est le même que pour mes compères en simple : ça tape mou. Les coups s’enchainent et je n’arrive pas à faire reculer Thibault qui me balade sur le terrain. La suite logique arrive donc avec une piquette 21-10. Autant dire que le mental n’était pas au beau fixe à la fin de ce premier set, et la hantise de se faire chambrer jusqu’à la fin de la saison par les collègues, me pousse à me sortir les doigts du c… pour le second set. Bien que la volonté de ne pas reprendre une piquette fût là, les coups s’enchainent mais j’arrive à mieux maintenir l’écart. C’est lorsque le score est à 19-15 pour Thibault que je décide enfin à me réveiller, et que ma tactique caché depuis le début du match se révèle, à savoir fatiguer Thibault pour qu’il n’arrive plus à se trainer pour récupérer le volant. J’accélère donc le jeu et fait une remontada sur Thibault qui n’en pouvait plus, avec dans la tête l’idée d’un 3e set contre un joueur en manque d’Ovomaltine. Malheureusement comme souvent lorsque l’on pense à la suite sans regarder le moment présent, c’est là que l’on merde. A 20-18 avec un set gagné contre un joueur HS, je me décide à faire des gestes techniques à la con, et vautre lamentablement mon contre- amorti dans le filet au lieu de faire un dégagement tout con. Une nouvelle défaite dans la besace pour Fontainebleau et un collègue qui longe les murs au bureau depuis. D’ailleurs cela fait plus de quatres semaines que Thibault et moi-même ne nous ne sommes vu…

L’histoire ne dit pas si ces petits sauts n’ont pas desservi durant tout le match….

Autant dire qu’à 3-1 pour La Rochette la rencontre commençait à sentir le roussi pour Fontainebleau 3.

Se suivait donc le double dame pour sceller ou non notre sort pour la soirée. Notre Cap’tain et Alex rentraient à leur tour sur le terrain, pour débuter le double dame décisif, et les pronostiqueurs n’étaient pas en notre faveur avec une paire D8-P10 en face d’elle composé de Léa et Alexandra. Malheureusement nous n’avons pu faire mentir les pronostics avec une équipe adverse bien armée, et précise. Bien que volontaires nos filles n’ont pu résister face au binôme adverse. Nos féminines s’inclinent 21-02 et 21-09, et c’est donc 4-1 pour La Rochette.

Notre paire de drôle de dame, répondent toujours à l’appel

Il ne nous reste plus que les doubles homme et mixte pour briller, et arriver à arracher le bonus défensif.

J-Lo et Jeff partent donc raquette entre les dents pour affronter Floran et Thierry. Le premier set s’entame bien sur la base des retours des matchs passé, et sur ces terrains qui font des dégagements mou. Le premier set montre les talents de chaque binôme et nos hommes ont su sortir leurs atouts et maîtrise le premier set 14-21. Avec ce premier set en poche nos hommes entament le second sur une base de confiance, qui entraine malheureusement du relâchement, Floran et Thierry saisissent le moment et arrache le second set 22-20. Un partout balle au centre, et le double homme file au 3e set décisif avec un binôme de La Rochette ragaillardi par leur remonté en second set. Nos hommes se mettent en 4-4-2 pour marquer le terrain, et restent en défense tout le set, mais manque de conclusions offensives, et laissent filer le 3e set 21-16. La Rochette mène maintenant la rencontre 5-1, autant dire que la rencontre commence à tourner court, et que l’on est bientôt cuit à point.

Il faut savoir donner de sa personne pour couvrir le terrain…
Même quand on est à la bourre.

Débute alors le dernier match de la soirée, le double mixte, ou le match pour sauver l’honneur. Nous avions aligné nos fines gâchettes, bien qu’un peu émoussées par la soirée, Julie et Thibaut. Une paire intéressante sur le papier par leur performance, mais un manque cruel d’habitude de jeu de double, pour cette paire en construction. Malheureusement notre binôme trouve en face d’eux Alexandra et Benjamin, qui sont mieux rôder à l’exercice. Les échanges se suivent et malgré quelques bons échanges les placements sont à la peine, malgré l’effort des coachs sur le bord du terrain.

Le match se termine sur une victoire Rochetoise 21-12 et 21-14. Cette dernière victoire de La Rochette scelle la rencontre sur une défaite 6-1 pour nos braves Bellifontains.

On a tous une voix de diablotin qui nous murmure à l’oreille de bon conseil.
Pour notre coach J-Lo le diablotin s’appelle Cap’tain.

Nous étions venus pour redorer notre blason, et nous éloigner des places de fond de tableau. Nous aurions pu sortir un meilleur jeu et claquer un peu plus ses volants dans certains matchs, car nous en avions la possibilité. Certains analyste vous dirons que nous n’étions pas assez préparé, ou que nous n’avions pas le mental lors de la soirée, nous préférons notre mauvaise foi en prétextant un gymnase marabouté prodiguant des dégagements mou aux équipes adverses. La soirée se termine par le buffet organisé par les deux équipes de La Rochette, et une équipe de Fontainebleau devant mangé pour deux, la majorité de l’équipe 2 ayant quitté la soirée en amont due à une hécatombe sanitaire au sein de l’équipe (promis en rien avec des arrivages asiatique, mais les ravages de l’hiver étaient là).

Nous restons donc 4e au classement avec une maigre avance sur Le Châtelet. En espérant pouvoir clôturer la saison à un moment, après cette pause forcée, nous permettant de nous ressourcer et travailler notre mental à défaut de nos dégagements.

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *